USON NEVERS RUGBY #005 INSIDE : L’envers du décor (Partie 5)

USON NEVERS RUGBY #005 INSIDE : L’envers du décor (Partie 5)

Articles Blog


Je suis responsable du stade pour la ville de Nevers. Avec mes collègues, on a le rôle d’entretenir tout le terrain de sport que ce soit les
terrains d’entraînement ou le terrain d’honneur ainsi que les tribunes
et les vestiaires. D’accord, et un jour de match comme celui-ci, qu’est ce que tu fais précisément ? Alors, ce qu’on fait principalement le matin, c’est qu’on tond la pelouse, vraiment au dernier moment pour que la tonte soit parfaite,
ensuite il y a tout le travail de traçage et après on a également tout ce qui est
mise en place des fanions, des protections de perche et puis un nettoyage complet
du stade. D’accord, donc là tu es en train de faire ce qu’on appelle le travail de traçage ? Exactement, je trace avec une traceuse électrique que vous pourrez voir tout à l’heure, à la peinture et pareil on le fait au dernier moment
parce que les règles de la télé nous obligent à vraiment que ce soit une
peinture qui se voit très très bien à l’écran donc on le fait toujours au dernier
moment. Christophe Pariot, intendant logistique
depuis huit ans. Donc ma reconversion au club joueur/intendant s’est fait tout naturellement Comment s’organise un jour de match pour toi ? Donc la veille déjà l’équipe donnée par le staff, donc préparation des maillots, préparation de tout ce qui est logistique qu’il faut pour mettre dans
le vestiaire donc collation, bouteilles d’eau, le gatorade… Qu’est ce qui a changé lorsqu’on est passé de la division amateur à la division pro selon toi ? Donc amateur, j’ai bien connu parce que j’étais joueur donc après le monde pro c’est pas évident mais on apprend vite, j’observe vite
aussi par rapport aux autres clubs, leur fonctionnement, le travail et j’essaie
d’améliorer les choses au sein du club. Quelles sont les qualités principales
qu’il faut pour exercer ce métier ? C’est d’être rigoureux, à l’écoute, s’organiser parce que bon, on n’a pas tout le temps quelqu’un derrière soi, donc s’organiser pour pratiquement le zéro défaut. Le jour de mach ou la semaine quand
quelqu’un a besoin. Le monde professionnel eh benh, c’est comme ça quoi, faut aller vite et bien et ne pas se tromper surtout. Chaque joueur a son
petit truc, sa petite envie… On les connaît quoi et je les connais
d’avance, je peux anticiper… Rien que le regard déjà me dit qu’il
manque quelque chose ou ça va pas ou il y a un crampon qui déconne ou… enfin bon, voilà quoi J’imagine que le fait que tu ais été
joueur t’aide justement à comprendre assez vite les attentes des joueurs dans ton travail aujourd’hui… Oui, tout à fait. Je connais le terrain quoi voilà J’ai aussi en charge les ramasseurs de balles petit briefing avant de commencer la
séance et puis surtout avoir un oeil bienveillant sur eux, les faire tourner
rapidement qu’ils n’aient pas froid sur le terrain, bon faut quand même surveiller
toute la petite troupe de 8 ramasseurs de balle si il y a un souci, répondre présent tout de suite. Quel rapport tu as avec les joueurs, tu
es un petit peu le papa, non ? Maintenant oui, je suis un peu le papa parce que bon je pense que je suis aux petits soins pour eux pour et puis
j’aime ça, j’adore ça et puis ils me le rendent bien, ils me le rendent
toute la semaine en travaillant à côté d’eux, oui je suis épanoui. ça me plaît énormément. Christophe, on m’a dit également que tu étais superstitieux, sûrement une dérive d’ancien joueur, on te voit tout aligner, comme si ta vie
en dépendait… Est-ce que tu peux nous en parler ? oui ça, ça fait partie de ma rigueur, c’est vrai quand je vais sur le terrain installer, pré-installer les boucliers l’eau, les plots, les ballons, je fais une
sorte de V, comme de dire mais il faut la victoire, qu’on va gagner, enfin c’est
comme ça à chaque fois je fais un V de la victoire. Pourquoi as-tu souhaité continuer ici après avoir été joueur ? J’ai continué ici, déjà j’ai eu l’opportunité qui n’est pas permis à tout le monde, c’est vrai que…
mais je me plais bien dans ce club, j’ai connu les débuts, j’ai connu les
tribunes en bois, on va le dire honnêtement, c’était vraiment un stade
magnifique et avec l’évolution et l’enthousiasme que le patron met ici, le
président, c’est magnifique et je me sens bien et tant que je me sentirai bien et
que je fais du bien je pense un peu à tout le monde,
je resterai

2 thoughts on “USON NEVERS RUGBY #005 INSIDE : L’envers du décor (Partie 5)”

  1. Il est bien gentil Xavier Pemeja, mai Ouai ça serai bien de faire jouer Zebango aussi,
    Je me demande ce qu'il en pense jean Yves Zebango que Xavier Pemeja le face pas jouer 😒💛💙

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *